Diabète de type 2 : du nouveau sur les gliptines

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Efficacité thérapeutique des gliptines dans le diabète de type 2Les gliptines ou inhibiteurs de la dipeptidyl-peptidase-4 (DDP-4) sont utilisés comme antidiabétiques depuis 10 ans dans le diabète de type 2. Ces médicaments très récents ont fait l’objet d’études afin d’évaluer leur sécurité d’emploi, notamment sur le plan cardio-vasculaire et pancréatique.

Les gliptines : efficaces dans le diabète de type 2

On compte 3 gliptines commercialisées en France :

  • La sitagliptine (JANUVIA®, XELEVIA®, JANUMET®, VELMETIA®) ;
  • La vildagliptine (GALVUS®, EUCREAS®) ;
  • La saxagliptine (ONGLYZA®, KOMBOGLYSE®).

Dans certaines formulations, la gliptine peut être associée à la metformine (un autre antidiabétique oral).

Les gliptines ont prouvé leur efficacité sur le diabète de type 2 avec une diminution de l’hémoglobine glyquée de 0,5 à 1 %.

A savoir ! Les gliptines agissent en inhibant une enzyme : la dipeptidyl-peptidase-4 ou DDP-4. Cette inhibition permet l’augmentation du taux de certaines molécules qui favorisent la libération d’insuline suite à l’arrivée de glucose dans l’organisme (après un repas).

L’intérêt des gliptines est l’absence d’hypoglycémies, contrairement aux sulfamides hypoglycémiants.

Accidents cardiovasculaires et cancer du pancréas : les gliptines hors de cause

3 études ont été réalisées, incluant quelques 35 000 patients. Elles visaient à étudier la survenue d’accidents cardiovasculaires tels que décès, infarctus, AVC ou encore hospitalisations pour angine de poitrine chez les personnes souffrant de diabète de type 2.

Elles ont toutes les trois mis en évidence la bonne sécurité cardiovasculaire des gliptines commercialisées en France. La sitagliptine serait cependant associée à un risque plus important d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque chez les patients présentant également une insuffisance rénale chronique, en début de traitement.

A savoir ! Selon une autre étude, les gliptines auraient même un effet bénéfique sur l’athérosclérose (sclérose des artères liée à l’accumulation d’une plaque de « mauvais » cholestérol).

Alors que d’anciens essais avaient reporté un sur-risque de cancer du pancréas pour les patients sous gliptines, ces 3 nouvelles études semblent l’écarter. Ce résultat est confirmé par les données de l’assurance maladie sur 1,3 million de diabétiques de type 2 de plus de 40 ans. Le sur-risque de cancer du pancréas est en fait lié au diabète lui-même.

Les études ont par contre démontré un risque légèrement plus important de développer une pancréatite aiguë sous gliptines. Ces médicaments sont donc contre-indiqués en cas d’antécédents de pancréatite.

Isabelle V., Journaliste scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche