Diabète : l’apeline efficace !

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

apeline diabèteL’apeline, une molécule naturellement produite par notre organisme, pourrait bien révolutionner le traitement des personnes atteintes de diabète et constituer une nouvelle thérapie de choix pour ces patients. Une récente étude française dévoile ses résultats extrêmement prometteurs.

L’insuline est la clé permettant l’entrée du glucose dans les cellules. Or, chez les personnes atteintes d’obésité, les mécanismes mis en jeu se détériorent et le diabète de type II apparaît. En 2008, des chercheurs ont réussi à mettre en évidence une seconde voie qui lorsqu’elle est activée permet la régulation du taux de glucose (ou sucre) dans le sang. Normalement, cette deuxième voie, impliquant l’apeline, n’assure dans l’organisme qu’une faible partie de l’intégration du sucre. Cependant, les scientifiques ont pu démontrer via des tests sur les souris que son activation chez les patients diabétiques de type II permettait une nette amélioration de la régulation du taux de sucre dans le sang.

L’apeline est une molécule présente dans divers tissus de l’organisme, notamment au niveau du système nerveux central et plus particulièrement l’hypothalamus (région impliquée dans le contrôle du métabolisme énergétique et située au cœur du cerveau). La découverte de cette voie alternative d’assimilation du glucose a tout de suite suscité chez les chercheurs l’idée de la stimuler et de produire de l’apeline de synthèse. Et, c’est une équipe française du CHU de Toulouse qui s’est lancée dans l’aventure et a récemment publiée ses résultats. Les chercheurs ont mené un essai clinique sur 16 patients en surpoids, mais en bonne santé. L’objectif de l’étude était de prouver l’efficacité,  mais aussi la tolérance (absence de toxicité) de 2 doses d’apeline (9 et 30 nmol/kg) par voie IV. Les résultats montrent que l’injection de la dose la plus faible (soit 9 nmol/kg) entraîne une meilleure assimilation du glucose. La dose la plus élevée (soit 30 nmol/kg) permet d’augmenter en plus, la sensibilité des cellules à l’insuline. Aucun effet secondaire n’a été relevé.

Les auteurs concluent que « c’est ce que l’on appelle la preuve de concept ». Ainsi, même sur peu de patients, les résultats obtenus encouragent à passer sur de plus grands effectifs afin de confirmer les résultats et espérer pouvoir commercialiser la thérapie.

 

Charline D., Pharmacien

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche