Le diabète de type 1 est habituellement diagnostiqué chez les enfants, adolescents ou jeunes adultes. Appelé aussi « diabète juvénile », il représente 10% des cas de diabètes, en France. Contrairement aux autres diabètes, le diabète de type 1 n’est pas lié au mode de vie ou à l’obésité mais à une anomalie de sécrétion d’une hormone endocrine (l’insuline) et au système immunitaire.

Infographie Santé sur le NetLe diabète dans le monde

diabète juvénile ou diabète de type 1

Causes du diabète de type 1

Le diabète de type 1 est un diabète insulinodépendant, ce qui signifie qu’il est principalement lié à un défaut d’insuline. En effet, le diabète de type 1 est dû à une défaillance du système immunitaire qui pour une raison encore inconnue, se retourne brutalement contre ses propres cellules, les cellules du soi. On parle alors de réaction auto-immune.

Dans le diabète de type 1, ce sont les cellules du pancréas qui sont visées. La destruction des cellules pancréatiques au niveau des ilots de Langerhans induit une diminution de la production d’insuline. Or l’insuline est l’hormone qui permet aux cellules de stocker le glucose. Ce glucose, non pris en charge, se retrouve en excès dans le sang et provoque une hyperglycémie.

À savoir ! Plusieurs études affirment que le diabète de type 1 est associé à des facteurs plus génétiques qu’environnementaux. Toutefois, certaines recherches ont pu mettre en avant qu’une infection virale (coxsackies, virus de la rubéole, des oreillons) pouvait également induire ce type de diabète.

Symptômes

Les signes cliniques les plus répandus du diabète de type 1 sont les suivants :

  1. Polydipsie (soif accrue)
  2. Polyphagie (faim accrue)
  3. Polyurie (urine fréquente)
  4. Amaigrissement important et fonte musculaire
  5. Fatigue et manque d’énergie

Si le diabète n’est pas pris en charge rapidement, d’autres signes peuvent apparaître :

  1. Douleurs abdominales, nausées et vomissements
  2. Perte d’appétit
  3. Somnolence
  4. Troubles de la vue
  5. Odeur fruitée de l’haleine
  6. Odeur anormale des urines
  7. Respiration rapide
  8. Infections cutanées fréquentes
  9. Troubles de la conscience

Le déséquilibre hormonal provoqué par le diabète peut impacter la croissance du jeune patient. Il n’est pas rare de voir apparaître un ralentissement de la croissance, surtout lorsque le diabète apparaît avant la puberté ou dès le déclenchement de celle-ci.

Diagnostic

Le diabète de type 1 est souvent diagnostiqué après une hospitalisation pour des symptômes causés par une concentration extrêmement élevée de glucose dans le sang (hyperglycémie) ou par une concentration de glucose extrêmement faible dans le sang (hypoglycémie). Les médecins effectuent une série d’examens pour rechercher une acidocétose, pathologie qui peut entraîner le coma et la mort.

Trois principaux signes orientent vers un diagnostic du diabète de type 1, on parle de triade classique : maigreur, cétose (production excessive de corps cétoniques) et âge (< 35 ans).

Le diagnostic est toujours confirmé par un dosage de la glycémie. En cas de diabète, la glycémie à jeun est supérieure à 1.26g/L.

D’autres paramètres peuvent être recherchés.

Paramètres sanguins :

  1. Dosage de l’hémoglobine glyquée (HbA1c)
  2. Bilan lipidique
  3. Dosage Peptide C

Paramètre immunogénétiques : typage HLA.

À savoir ! Dès que le glucose est présent dans le sang, il se fixe en petite quantité sur l’hémoglobine. Cette liaison donne naissance à l’hémoglobine glyquée. L’hémoglobine glyquée (HbA1C) est un biomarqueur qui renseigne sur l’équilibre glycémique des deux à trois mois précédents. Chez une personne diabétique, le taux d’hémoglobine glyquée à atteindre avec le traitement est compris entre 7% et 7.5%.

Le tableau suivant renseigne sur le lien étroit entre glycémie et hémoglobine glyquée :

Valeur HbA1c Glycéme moyenne
6% 1,2 g/l
7% 1,5 g/l
8% 1,8 g/l
9% 2,10 g/l
10% 2,40 g/l

À savoir ! Le typage HLA (Human Leucocyte Antigens), rarement utilisé, est un bilan auto-immun qui consiste à rechercher les auto-anticorps dirigés contre les cellules du pancréas.

Traitements

L’équilibre du taux de glucose est essentiel pour mener une vie saine et réduire le risque de complications du diabète. Il est donc primordial d’assurer la surveillance et le traitement de cette maladie afin de prévenir l’évolution de la maladie et d’éviter tout risque de complications telles que l’acidocétose ou l’hypoglycémie.

À savoir ! l’acidocétose diabétique est la conséquence d’une forte carence en insuline. Elle provoque rapidement un coma puis, en quelques heures, le décès.

Importance des soins quotidiens

Le diabète de type 1 demande un engagement permanent du patient. Lorsqu’il s’agit de votre propre enfant, il est nécessaire d’apporter une attention particulière à sa croissance et de son hygiène bucco-dentaire. En effet, les jeunes patients diabétiques ont une salive plus sucrée et sont plus vulnérables aux infections microbiennes. Ils sont alors plus susceptibles de développer des infections bucco-dentaires, des maladies des gencives ou encore des caries.

Le diabète de type 1 nécessite donc des pratiques d’hygiène quotidiennes indispensables pour prévenir les risques d’apparition de complications secondaires.

Insulinothérapie

L’insulinothérapie est le traitement de référence du diabète de type 1. Ce traitement consiste à injecter de l’insuline, en sous cutanée, plusieurs fois par jour. L’objectif est de compenser le manque de sécrétion d’insuline.

Différentes gammes de produits insuliniques de traitement du diabète sont présentes en pharmacies. Elles diffèrent par leur temps d’action :

  1. Analogues rapides : 3 à 5 heures (Humalog®, Novorapid®, Apidra®)
  2. Insuline humaine rapide : 4 à 8 heures (Actrapid®, Umuline rapide® ou Insuman®)
  3. Insulines humaines d’action intermédiaire : 9 à 16 heures (NPH, pour Neutral Protamine Hagedorn)
  4. Insulines humaines d’action prolongée : environ 24 heures (Ultraltard®)
  5. Analogues lents : 20 à 24 heures (Lantus®), 12 à 24 heures (Levemir®)

Il existe 2 voies d’administration de l’insuline : les injections avec un stylo à insuline ou la pompe à insuline.

Stylo à insuline

Le stylo à insuline est constitué d’une cartouche d’insuline placée dans un stylo muni à son extrémité d’une aiguille à usage unique.

Pompe à insuline

Une pompe à insuline est un petit appareil portatif qui délivre de l’insuline en continu. La pompe à insuline peut être portée de différentes façons, notamment à la ceinture ou dans une poche à l’intérieur d’un vêtement. La pompe délivre de l’insuline par un petit tube placé sous la peau.

À savoir ! l’insulinothérapie implique une éducation thérapeutique particulière. Une mesure glycémique régulière et quotidienne est nécessaire afin de limiter les risques d’hypoglycémie.

Appareils de mesure du glucose en continu

Les appareils de mesure du glucose en continu sont de petits appareils portatifs qui mesurent le taux de glucose et fournissent, en continu, des informations sur son évolution. Ces informations peuvent aider à améliorer la gestion du diabète et à réduire le risque de complication. Certaines pompes à insuline permettent également d’assurer la mesure du glucose en continu en plus de leur fonction habituelle d’administration d’insuline.

Vers d’autres horizons thérapeutiques

La thérapie cellulaire est une autre piste thérapeutique qui consiste à greffer des cellules Bêta productrices d’insuline au niveau du pancréas. Cette greffe permettrait de régénérer la capacité sécrétoire de celui-ci afin de libérer l’insuline dans le sang.

D’après l’INSERM, la thérapie cellulaire est en cours d’essai au CHU de Lille. Cette technique fait intervenir de nouvelles thérapies telles que la médecine régénérative permise par les cellules souches, pluripotentes (IPS : cellules embryonnaires pluripotentes). Une voie thérapeutique prometteuse. Mais, revers de la médaille, afin d’éviter le rejet de la greffe de cellules, des traitements immunosuppresseurs lourds, non dénués d’effets secondaires, doivent être utilisés. La technique est donc en cours d’amélioration.

Lina R., Journaliste Scientifique

– Équilibre, n°310, septembre-octobre 2010, Hémoglobine glyquée ou HbA1c.
– « Diabète de type 1 » Inserm. Consulté le 26 février 2018.
– Diabète sucré de type 1. campus.cerimes.fr Item 233 a : . Consulté le 26 février 2018.
– Qu’est-ce que le diabète ? Fédération des diabétiques. Consulté le 26 février 2018.
– Symptômes, diagnostic et évolution du diabète de type 1 de l’enfant et de l’adolescent. Ameli. Consulté le 26 février 2018.