Comment bien injecter l’insuline ?

Mar 7, 2017 par

diabete referentiel

De nombreux patients diabétiques sont contraints de s’injecter quotidiennement de l’insuline. Mais utilisent-ils une technique appropriée ? Si elle est incorrecte, a-t-elle une incidence sur l’efficacité du traitement ? A l’issue d’une enquête sans précédent, un nouveau référentiel pour l’administration de l’insuline a été mis au point.

Comment les patients injectent-ils leur insuline ?

L’administration d’insuline fait partie du quotidien de nombreux patients diabétiques. Au moment du diagnostic, ils sont formés par les équipes médicales pour être capables de s’injecter seuls l’insuline. Les laboratoires pharmaceutiques mettent également à disposition des patients des dispositifs simples d’injection, tels que des stylos injecteurs.

Mais les patients adoptent-ils une technique correcte d’injection ? Ce point est capital pour assurer la bonne efficacité du traitement et le contrôle du diabète. La plus grande enquête internationale jamais menée sur l’injection d’insuline a sollicité plus de 13 200 patients dans 42 pays et a révélé plusieurs résultats importants :

  • De nombreux patients n’utilisent pas les aiguilles recommandées, mais des aiguilles plus longues et plus larges ;
  • La plupart utilisent plusieurs fois les aiguilles, alors qu’elles sont à usage unique ;
  • Un tiers des patients sous insuline présente des nodules ou des bosses dans les tissus adipeux (graisseux) au niveau des sites d’injection. Cette complication, connue sous le nom de lipohypertrophie, résulte généralement d’une mauvaise rotation des sites d’injection et provoque des conséquences sur l’efficacité de l’insuline injectée ou perfusée à l’aide de pompes.
  • Si un patient injecte de l’insuline dans une lipohypertrophie, le passage de l’insuline dans la circulation sanguine est modifié, diminuée ou très variable. Ce phénomène peut conduire le patient à augmenter les doses d’insuline, avec un risque de variations de la glycémie et en particulier d’épisodes d’hypoglycémie.
  • Les patients présentant des lipohypertrophies ont un déséquilibre glycémique plus important, ce qui accroît le risque de complications du diabète à moyen et long terme (visuelles, rénales ou nerveuses).

Un nouveau référentiel pour l’injection d’insuline

Au terme de l’étude, les résultats ont été analysés lors d’un congrès international, le Forum for Injection Technique and Therapy Expert Recommandations (FITTER), organisé à Rome en octobre 2015. Cet atelier de travail a réuni 183 experts en diabète, venus de 54 pays et a permis d’élaborer un nouveau référentiel pour l’administration de l’insuline aux diabétiques.

Les principales recommandations formulées au cours de ce congrès sont les suivantes :

  • L’utilisation de stylos ou de seringues avec des aiguilles plus courtes pour tous les patients, quel que soit leur âge, leur sexe ou leur corpulence.
    • Une longueur d’aiguille plus faible permet de réduire la douleur liée à l’injection ;
    • Les aiguilles trop longues augmentent le risque d’injections intramusculaires, qui altèrent l’absorption de l’insuline par l’organisme et donc son efficacité sur le contrôle glycémique ;
  • Une rotation appropriée des sites d’injection pour réduire la fréquence des lipohypertrophies, augmenter l’efficacité du traitement et améliorer l’équilibre glycémique ;
  • Une utilisation unique des aiguilles à stylo et des seringues, car elles perdent leur stérilité après le premier usage.

D’autres recommandations concernent plus spécifiquement l’utilisation des pompes à insuline et les injections effectuées par des professionnels de santé.

Les règles d’or de l’injection d’insuline

Le nouveau référentiel comporte également des « règles d’or », axées sur six thèmes :

  • La technique d’injection chez l’adulte ;
  • La technique d’injection chez l’enfant ;
  • Le traitement et la prévention des lipohypertrophies ;
  • Les problèmes psychologiques liés à l’administration d’insuline ;
  • Les accidents d’exposition au sang par piqûre et l’élimination des objets piquants et tranchants ;
  • La perfusion d’insuline.

Mis à disposition des professionnels de santé et des patients, ce référentiel constitue un outil très intéressant pour le suivi et l’optimisation de l’insulinothérapie. Les spécialistes espèrent observer rapidement les retombées positives de sa mise en place sur la prise en charge du diabète.

Estelle B. / Docteur en Pharmacie


Sources :
Frid, A.H. et al. New Insulin Delivery Recommendations. 2016. Mayo Clinic Proceedings 91(9) : 1231-1255.
Becton Dickinson Company. Communiqué de presse. Mayo Clinic Proceedings publie un nouveau référentiel pour l’injection et la perfusion de l’insuline. Février 2017.

Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.