Les maux de tête chez les personnes diabétiques

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Housewife woman in a couch with headache and a hand on forehead

Malgré la prise d’un traitement thérapeutique, il n’est pas toujours évident de maintenir une glycémie constante en permanence. Avec ces fluctuations du taux de sucre dans le sang, des maux de tête peuvent survenir.

Les spécialistes de cette maladie métabolique avancent que ces maux de tête consécutifs à des fluctuations de glycémie résultent, en partie, de la production accrue d’adrénaline provoquant une compression des vaisseaux sanguins dans le cerveau.


L’hypoglycémie est caractérisée par une glycémie inférieure à 0,70 g/L. Elle survient quand la personne diabétique a pris trop d’insuline ou n’a pas ingéré suffisamment de glucides.

C’est une dérégulation métabolique à prendre très au sérieux car le glucose est la principale source de carburant pour le cerveau et des maux de têtes peuvent survenir.

Après confirmation de l’état d’hypoglycémie, il est recommandé de consommer de 15 à 20 grammes de glucose puis de revérifier sa glycémie après 15 minutes. Une fois que la glycémie est de retour à la normale, la fréquence et l’intensité du mal de tête devraient diminuer pour finalement disparaître.

L’hyperglycémie résulte, quant à elle, d’une trop grande quantité de glucose circulant dans le sang et ceci à des niveaux supérieurs à 1,26 g/L à jeun.

L’hyperglycémie est un état physiologique grave qui doit être traité rapidement, car un niveau élevé en glucose dans le sang combiné à un manque d’insuline entraînent une accumulation de corps cétoniques, un type d’acide dans le sang. Leur présence en trop grande quantité peut provoquer une perte de conscience et un coma.

Les niveaux élevés de glucose dans le sang, et les symptômes associés comme le mal de tête, sont notamment réduits par l’administration d’insuline ou de l’exercice physique.

Rappelons notamment que si les maux de tête sont graves et/ou persistants malgré le contrôle de la glycémie, une personne diabétique doit demander conseil à son médecin.

 

Julie P., Journaliste scientifique

 

Recherche populaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche