La chrononutrition peut-elle aider les personnes diabétiques ?

May 14, 2020 par

Des recherches dans le domaine de la chrononutrition ont suggéré que le moment de la journée influence la réponse glycémique après un repas, et donc le diabète de type 2. L’ordre de présentation des aliments aurait également un rôle dans la réduction de la glycémie après un repas. Il est nécessaire de poursuivre les travaux dans ce sens afin de comprendre le système circadien et ses implications sur la nutrition, qui pourraient à terme réduire la charge du diabète de type 2.

diabete-chrononutrition

Le diabète de type 2 : un fléau des temps modernes

Le diabète sucré reste l’une des principales maladies chroniques dans le monde, le nombre de diabétiques ayant quadruplé au cours des trois dernières décennies. La Fédération internationale du diabète a estimé que 415 millions d’adultes étaient atteints de diabète en 2015, et d’ici 2040, ce chiffre devrait atteindre 642 millions. De concert avec les initiatives pharmacologiques, les initiatives diététiques restent la pierre angulaire de la prévention et de la gestion du diabète. L’approche thérapeutique clé pour réduire l’incidence et la gravité du diabète de type 2 se concentre sur la nature et la qualité des nutriments consommés.

L’importance des rythmes circadiens

Des recommandations pratiques pourraient être des stratégies pertinentes pour l’amélioration du contrôle de la glycémie, plutôt que de se concentrer uniquement sur la valeur nutritionnelle d’un repas. Cela permettrait d’optimiser les habitudes alimentaires des personnes diabétiques.

À savoir ! D’un point de vue chronobiologique, le métabolisme du glucose chez l’homme suit un rythme circadien. La tolérance au glucose suit un rythme diurne : elle culmine généralement aux heures de la journée où la consommation de nourriture a lieu, et diminue aux heures de la nuit, lors du jeûne. Plusieurs hormones impliquées dans le métabolisme du glucose, telles que l’insuline et le cortisol, présentent une oscillation circadienne.

Les rythmes circadiens, cycles de 24 heures, sont régulés par une horloge dite circadienne. Les effets de l’alimentation sur la rythmicité circadienne impliquent une relation entre des facteurs tels que les horaires des repas et les nutriments : la chrononutrition.

Diabète et horloge biologique : La chrononutrition mieux que l’insulinothérapie ?

Les recherches dans le domaine de la chrononutrition ont suggéré que le moment de la journée influence la réponse glycémique après un repas, ce qui a donc un effet majeur sur le diabète de type 2.

Des études transversales (observation d’une population dans sa globalité) et expérimentales ont montré les avantages d’une consommation de repas plus tôt dans la journée par rapport au soir sur la glycémie. La modification de la composition en macronutriments des repas de nuit, en augmentant la teneur en protéines et en graisses, s’est révélée être une stratégie simple pour améliorer la glycémie après un repas.

Les aliments faibles en glycémie consommés le matin améliorent la réponse glycémique pour un effet plus important que lorsqu’ils sont consommés la nuit. Le moment où les graisses et les protéines (y compris les acides aminés) sont co-ingérés avec des glucides, tels que le pain et le riz, peut réduire la réponse glycémique.

L’ordre d’ingestion des aliments a également un potentiel considérable pour réduire la glycémie après un repas. Par exemple, privilégiez la consommation de légumes dans un premier temps, puis de viande et enfin de riz.

Les effets de l’alimentation sur la rythmicité circadienne impliquent une relation entre des facteurs tels que les horaires des repas et les nutriments (chrononutrition), qui peuvent contribuer à la perturbation circadienne. Ces facteurs peuvent aussi influencer la manifestation de troubles métaboliques tels que le diabète de type 2.

Bien que la chrononutrition soit une science en évolution, il reste encore beaucoup à apprendre sur la nature et le rythme de l’apport alimentaire dans la régulation de la glycémie. Nous avons espoir que d’autres recherches permettront de traduire la manière dont la chronobiologie peut être utilisée afin de réduire la charge des personnes diabétiques.

Yann B., Attaché Scientifique

– Kalsbeek, A., la Fleur, S. & Fliers, E. Circadian control of glucose metabolism. Mol. Metab. 3, 372–383 (2014). Consulté le 8 mai 2020.
– Johnston, J. D. Physiological responses to food intake throughout the day. Nutr. Res. Rev. 27, 107–118 (2014). Consulté le 8 mai 2020.
– Sakai, R. et al. Late-night-dinner is associated with poor glycemic control in people with type 2 diabetes: The KAMOGAWA-DM cohort study. Endocr. J. 65, 395–402 (2018). Consulté le 8 mai 2020.
– Soong, Y. Y., Lim, J., Sun, L. & Henry, C. J. Effect of co-ingestion of amino acids with rice on glycaemic and insulinaemic response. Br. J. Nutr. 114, 1845–1851 (2015). Consulté le 8 mai 2020.

Yann B.
Yann B., Attaché Scientifique
Biologiste spécialisé dans les biotechnologies et l’information médicale.
Passionné par les domaines du sport, de la cuisine et de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.