Consommation excessive d’aliments ultra-transformés : quand le diabète guette…

Jan 17, 2020 par

Ces dernières décennies, les aliments ultra-transformés ont envahi les rayons de nos supermarchés. Bâtonnets de poisson, pizzas surgelées, plats à réchauffer, tous sont faciles à préparer et rapides à consommer. Et si leur consommation était liée au risque de développer un diabète de type 2 ? C’est ce que suggère une nouvelle étude française publiée le 16 décembre dernier dans le JAMA Internal Medicine.

diabete-aliments-ultra-transformes

Qu’appelle-t-on « aliments ultra-transformés » ?

Les aliments ultra-transformés désignent un groupe d’aliments de la classification NOVA. Celle-ci catégorise les aliments en 4 groupes suivant leur degré de transformation : aliments peu ou pas transformés, ingrédients culinaires, aliments transformés et aliments ultra-transformés.

À savoir ! Le terme ultra-transformé fait référence au procédé industriel employé et à l’ajout dans la composition du produit de substances telles que les colorants, les émulsifiants, les texturants, les édulcorants et additifs divers…

Les aliments ultra-transformés se caractérisent souvent par une qualité nutritionnelle plus faible et par la présence d’additifs alimentaires dans leur composition : sodas, pizzas surgelées, confiseries, barres chocolatées, plats à réchauffer ainsi que tous les produits transformés avec ajout de conservateurs autre que le sel (nitrites retrouvés dans les charcuteries) en sont quelques exemples.

Bénéficiant d’un engouement de la part des consommateurs, les aliments ultra-transformés représentent aujourd’hui plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux. Ils sont pourtant loin d’être inoffensifs ! De nombreuses études ont en effet mis en évidence le lien entre leur consommation et le risque de cancer, d’hypertension ou de maladies cardio-vasculaires. Dans ce contexte, une nouvelle étude française suggère un lien entre la consommation d’aliments ultra-transformés et le risque de développer un diabète de type 2.

 Aliments ultra-transformés et risque de diabète de type 2

Pour mener à bien cette étude, l’équipe de chercheurs français de l’INSERM, de l’INRA et de l’université Paris-13, a analysé l’enregistrement des consommations journalières de 104 707 participants à la cohorte NutriNet-Santé.

À savoir ! Lancée en 2009, l’étude NutriNet-Santé désigne une étude de santé publique qui s’appuie sur des questionnaires en ligne portant sur les habitudes alimentaires et l’état de santé général des français afin d’évaluer les liens entre nutrition et santé.

Il en ressort qu’une augmentation de 10% de la consommation d’aliments ultra-transformés augmentait de 15% le risque de survenue d’un diabète de type 2 avec :

  • 821 cas de diabète de type 2 détectés parmi les participants dont 79,2 % de femmes.
  • Un taux d’incidence du diabète de type 2 de 166 / 100 000 pour le quart des plus gros consommateurs d’aliments ultra-transformés contre 132 / 100 000 personnes dans l’ensemble de la population.

L’équipe de scientifiques a par ailleurs observé que la consommation d’aliments ultra-transformés était plus importante chez les personnes obèses, les personnes sédentaires, les jeunes et les fumeurs chez qui l’alimentation s’est révélée de moins bonne qualité nutritionnelle.

La nécessité d’études plus poussées sur les additifs

Cette étude restant une étude observationnelle, elle ne permet pas d’établir un lien de causalité entre aliments-ultra-transformés et apparition de diabète de type 2. Les chercheurs explorent cependant la piste d’un lien entre risque de diabète et composition trop sucrée ou trop salée de ces aliments ultra-transformés.

Dans cette optique, ils prévoient de mener un nouveau projet de recherche intitulé « Exposition à des cocktails d’additifs alimentaires et risque de maladies chroniques » qui mettra en relation les habitudes de consommation des participants avec la composition de ces mêmes aliments. Ce projet aura pour objectif de préciser les mécanismes induits par certains composés des aliments ultra-transformés comme les additifs.

Ce travail de longue haleine prévu pour une durée de 5 ans s’appuiera de nouveau sur les données précieuses de la cohorte NutriNet-Santé que tout nouveau volontaire peut intégrer !

Déborah L., Docteur en Pharmacie

– Diabète et aliments ultratransformés sont liés. Futura Santé. Consulté le 10 janvier 2020.
– NutriNet : la consommation d’aliments ultra-transformés est associée à un risque de diabète de type 2. Le quotidien du médecin. Consulté le 5 janvier 2020.
– Consommation d’aliments ultra-transformés et risque de maladies cardiovasculaires. Communiqué de presse Inserm. . Consulté le 5 janvier 2020.

Deborah L.
Pharmacienne.
Spécialisée dans les domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétologie.
Passionnée par l'écriture, elle sait allier la rigueur scientifique à la beauté de notre langue.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.