Encore aujourd’hui, des métiers restent interdits aux diabétiques

Dec 23, 2019 par

Le diabète de type 1 représente environ 10 % des cas de diabètes sucrés, et débute généralement au cours de l’enfance et de l’adolescence. Jusqu’ici, cette maladie chronique, au traitement contraignant, interdisait aux jeunes patients l’accès à un certain nombre de formations puis de carrières professionnelles. Mais, suite aux progrès thérapeutiques, certains patients se mobilisent pour que la situation change. Explications.

diabete-metiers

Diabète de type 1 et carrières professionnelles

Le diabète de type 1 implique pour la plupart des patients des injections pluriquotidiennes d’insuline. De plus, si le diabète n’est pas parfaitement équilibré par l’insulinothérapie, les patients s’exposent à :

  • Des épisodes d’hypoglycémie ;
  • Des épisodes d’hyperglycémie.

Ces risques sont à l’origine de l’interdiction de certaines formations et carrières professionnelles aux jeunes diabétiques de type 1. Les carrières militaires sont impossibles avec un diabète de type 1, de même que l’accès à l’ensemble des écoles relevant du ministère des armées, comme l’école navale, l’école spéciale militaire de Saint Cyr ou encore l’école nationale supérieure des ingénieurs des études et techniques de l’armement.

Pour d’autres grandes écoles françaises, même si aucune condition d’aptitude physique n’est exigée pour préparer le concours d’entrée, chaque école se réserve le droit d’ajouter une visite médicale au dossier d’admission définitive.

Plusieurs métiers interdits aux diabétiques, depuis plus de 50 ans

D’une manière plus générale, les métiers suivants sont interdits aux patients diabétiques de type 1 :

  • Les personnels navigants techniques de l’aéronautique civile ;
  • Les contrôleurs de la navigation aérienne ;
  • Le personnel des armées ;
  • Le réseau ferré national ;
  • Les sapeurs-pompiers.

D’autres métiers ne sont pas strictement interdits, mais peuvent rendre l’exercice du métier difficile, surtout dans le cas d’un diabète mal équilibré :

  • Les postes de sécurité (travail en hauteur, travail sur des machines dangereuses, travail isolé, …) ;
  • Les métiers nécessitant une excellente acuité visuelle (métiers de l’horlogerie, mécanique de précision, …).

Ces interdictions et restrictions ont été énoncées il y a plus de 50 ans. Aujourd’hui, de plus en plus de diabétiques soulignent que les progrès thérapeutiques devraient permettre de faire évoluer cette situation.

Mieux prendre en compte les progrès thérapeutiques

Parmi ces jeunes diabétiques de type 1 qui se mobilisent pour que les choses changent, se trouve un adolescent de 14 ans, Haka Vallée. Durant l’été 2018, il a parcouru 2004 kms à travers la France, à pied et à vélo. Alors que les sports de haut niveau sont aujourd’hui compatibles avec le diabète, il dénonce le fait que plusieurs carrières professionnelles lui sont définitivement fermées, à cause de sa maladie. Pour faire entendre sa voix, il s’est même adressé à plusieurs députés.

Pour la journée mondiale du diabète, le 14 novembre 2019, la fédération française des diabétiques avait lancé une pétition en ligne pour demander le réexamen de ces textes de lois, considérés comme obsolètes. Une autre jeune diabétique de type 1, Alizée Agier, championne du monde de karaté, a également témoigné. Après avoir réussi le concours de gardien de la paix, elle a été refusée au moment de la visite médicale.

Les diabétiques de type 1 demandent la mise en place d’un statut intermédiaire, qui pourrait permettre les aménagements nécessaires de postes pour que les patients puissent concilier leurs métiers et leur maladie au quotidien. En novembre 2018, les diabétiques de type 1 ont franchi une première étape, celle de ne plus être obligés de mentionner leur maladie au moment de passer leur permis de conduire. L’ouverture des métiers pourrait peut-être suivre prochainement.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Les métiers. Aides aux jeunes diabétiques. Consulté le 16 décembre 2019.
– Diabétique de type 1 : tu ne seras jamais pompier! Handicap.fr. Consulté le 16 décembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.