SANOFI: résultats probants pour Lyxumia

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

(AOF) – Sanofi a annoncé ce jeudi avant l’ouverture de la Bourse de Paris que Lyxumia (lixisénatide) a démontré, dans une étude clinique de phase IIIb d’une durée de 24 semaines, sa non-infériorité (le critère d’évaluation principal de l’étude) en termes de réduction de la glycémie sanguine (taux d’HbA1c), qu’il soit administré avant le petit-déjeuner ou avant le principal repas de la journée. Ces résultats indiquent ainsi que, dans le cadre d’un traitement du diabète de type 2, lixisénatide peut abaisser de manière efficace la glycémie sanguine, quel que soit le moment choisi pour son administration.

« Aider les patients à atteindre leur taux cible d’HbA1c est le principal objectif du traitement du diabète de type 2 », a indiqué le professeur Bo Ahren, de la Faculté de médecine de l’Université de Lund, en Suède. « Pouvoir choisir l’horaire d’administration est également un atout important, surtout lorsqu’il s’agit de traitements injectables. Cette étude montre que lixisénatide en une prise par jour réunit ces critères, ce qui est important pour un agent qui est prescrit en association avec un traitement de fond. »

Les résultats montrent également une réduction comparable du poids corporel, quel que soit le repas avant lequel lixisénatide est administré. La tolérance gastro-intestinale a par ailleurs été comparable dans les deux groupes de traitement, indépendamment de l’horaire d’administration, et aucun épisode d’hypoglycémie sévère n’a été recensé. Ces données ont été présentées dans le cadre d’un exposé oral au World Diabetes Congress 2013 de Melbourne, en Australie.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

– Quatrième groupe pharmaceutique mondial et premier en Europe, leader mondial dans les vaccins (9 % des ventes), derrière la pharmacie (84 %) mais devant la santé animale (7 %) ;

– Facteurs de croissance structurelle : vieillissement de la population, accès plus large aux services de santé dans le monde et amélioration de l’assurance-maladie aux Etats-Unis ;

– Stratégie désormais axée sur la réduction de la dépendance à quelques molécules phares (pour contrecarrer les tombées de brevets et la montée en puissance des génériques) et sur le développement, par croissance externe ciblée, des segments en plus forte croissance et moins risqués : médicaments sans prescription, vaccins, biotechnologie et génériques ;

– 35 % du CA dans les pays émergents, zones en forte croissance de l’industrie pharmaceutique, devant l’Europe (33 %) et l’Amérique du nord ;

– Renforcement en cours dans le capital de Regeneron, société américaine de biotech spécialisée dans les anticancéreux ;

– Objectif confirmé d’un taux de 50 % pour la distribution du dividende 2013 ;

– Restructuration drastique de l’endettement en 2013.

Les points faibles de la valeur

– Forte concurrence des génériques sur certains des produits phares et perte de brevets ;

– Environnement sectoriel difficile : pression des autorités de santé pour réduire les coûts et barrières réglementaires plus importantes ;

– Problèmes de distribution au Brésil qui ont pesé sur la rentabilité du groupe au premier semestre et situation très concurrentielle au Mexique;

– Difficultés sociales en France où le plan social a été annulé par la justice;

– Débuts poussifs de l’exercice 2013 en raison de l’impact des génériques de Plavix et Avapro et baisse attendue de la rentabilité sur l’exercice ;

– Révision en baisse des objectifs 2013, en raison du ralentissement en Chine et d’une pénurie en vaccins contre la polio.

Comment suivre la valeur

– Indicateurs à suivre : chiffre d’affaires généré par chaque médicament, durée de vie des brevets, résultats des études cliniques, évolutions réglementaires, décisions des autorités sanitaires sur un médicament ;

– Sensibilité aux déclarations de ses concurrents tels Novartis ou AstraZeneca ;

– Poursuite du plan 2012-2015 d’une croissance annuelle de 5 % au moins en moyenne, de plus de 5 % du bénéfice par action et de 2 MdsEUR de réduction des coûts ;

– Enquête en Chine sur des allégations de corruption ;

– Obtention des autorisations pour les antidiabétiques Lyxumia aux Etats-Unis (début 2014) et Lantus nouvelle génération en Europe, et pour l’eliglustat contre la maladie de Gaucher ;

– Après l’avis favorable des experts, attente de l’obtention, en décembre 2013, de l’aval officiel à la mise sur le marché américain du Lemtrada, traitement contre la sclérose en plaque ;

– Réalisation de l’objectif d’un bénéfice par action 2013 « entre stable et – 5 % » ;

– Capital éclaté mais incertitudes sur la position à terme de l’Oréal (8,91 % des actions, 16,13 % des droits de vote). 

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Pharmacie – Santé

Selon le cabinet spécialisé IMS Health, la reconfiguration du marché pharmaceutique mondial va se renforcer sur la période 2012-2016. Les deux tiers de la croissance proviendront désormais des pays émergents contre la moitié sur la période 2007-2011. L’autre moteur de croissance pour les acteurs est l’innovation et l’enregistrement de nouvelles molécules. Même si la taille du marché potentiel est plus limitée, ces nouveaux produits contribueront à hauteur de 115 à 125 milliards de dollars à un apport de chiffre d’affaires supplémentaire sur la période 2012-2016. Ils permettront de compenser les pertes de chiffre d’affaires (120 à 130 milliards de dollars) liées à la transformation des grands produits en génériques.

Source : http://www.boursorama.com/actualites/sanofi–resultats-probants-pour-lyxumia-a9f9662c5736c6acf2ddfdfdddceee42   Publié le 05/12/2013

Recherche populaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche