Risque accru d’autisme en cas de diabète gestationnel avant la 26ème semaine de grossesse

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Les enfants nés de mère ayant développé un diabète gestationnel avant la 26ème semaine de grossesse auraient un risque significativement plus élevé de développer des troubles autistiques, selon une étude publiée ce 14 avril dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Risque accru d'autisme en cas de diabète gestationnel avant la 26ème semaine de grossesse
Risque accru d’autisme en cas de diabète gestationnel avant la 26ème semaine de grossesse

Des chercheurs californiens ont analysé les dossiers médicaux électroniques de plus de 322.000 enfants de différentes origines ethniques, nés dans le sud de la Californie entre 1995 et 2009.

Chez la femme enceinte, le fonctionnement du pancréas (qui sécrète l’insuline et régule ainsi le taux de sucre dans le sang) peut être perturbé par le développement du placenta, du fait de la production de certaines hormones. Il peut s’ensuivre une hyperglycémie, qui disparaîtra à la fin de la grossesse. C’est le diabète gestationnel.

Le fœtus peut souffrir de l’excès de sucre, ou grossir de manière excessive, ce qui complique l’accouchement.

Le suivi ces enfants, sur cinq ans et demi en moyenne, a révélé que ceux dont la mère présentait un diabète gestationnel avant la 26ème semaine de grossesse présentaient un risque accru de développer des troubles autistiques, par rapport à ceux n’ayant pas été exposés. Ce sur-risque est estimé entre +15% et +74%, après ajustement des données avec d’autres facteurs de risque avérés ou suspectés (notamment la prématurité).

A noter que, selon les données analysées, les enfants dont la mère a souffert de diabète de grossesse après 26 semaines de grossesse ne semblaient pas présenter davantage de risque d’autisme que ceux dont la mère n’avait pas développé ce type de diabète. Au vu des résultats, l’existence d’un sur-risque d’autisme pour les enfants de femmes ayant eu un diabète de type 2 prééxistant n’est pas non plus avéré.

« L’exposition des fœtus à l’hyperglycémie maternelle pourrait avoir des effets durables sur le développement et le fonctionnement des organes de l’enfant », relève Anny Xiang, du Centre de recherche et d’évaluation du Kaiser Permanente, un groupe de prestation de soins de santé. « Toutefois, le fait de savoir si le diabète de la mère peut perturber le développement du cerveau du fœtus et accroître le risque de troubles d’autisme est moins clair« .

La chercheuse insiste sur le fait qu’il s’agit d’une étude observationnelle qui montre une corrélation entre diabète de grossesse et autisme, mais ne prouve pas de lien de causalité.

Les auteurs de l’étude jugent pertinent un dépistage précoce de l’autisme chez des enfants nés de mère ayant souffert de diabète gestationnel avant la 26e semaine de grossesse.

Source : http://www.allodocteurs.fr/maladies/diabete/diabete-de-grossesse/risque-accru-d-autisme-en-cas-de-diabete-gestationnel-avant-la-26eme-semaine-de-grossesse_16092.html   Publié le 15/04/2015 / Association of Maternal Diabetes With Autism in Offspring. A.H. Xiang et coll.JAMA. 2015;313(14):1425-1434. doi:10.1001/jama.2015.2707

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche