Révolution : une plante israélienne pour soigner le diabète

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Des chercheurs israeliens prétendent que la plante appelée  » ktela harifa  » ou  » Chiliadenus iphionoides » peut aider a baisser le taux de sucre dans le sang. Les chercheurs travaillent sur l’analyse des capacités médicinales de cette plante et le développement d’un médicament destine au grand public. 

Révolution dans le traitement du diabète : selon une étude présentée aujourd’hui à l’université d’Ariel, la plante appelée « Ktela harifa », qui est présente en Israël et dans les pays voisins, est très efficace pour le traitement du diabète. Les chercheurs de l’université d’Ariel se consacrent ces jours-ci a l’analyse des capacités médicinales de cette plante et ce afin de développer un médicament qui serait distribuer aux malades.

plante

Cette Etude a ete présentée par le docteur Yonathan Gurlik, du centre de recherche et de développement de Judée, dans le cadre d’une conférence des recherches menées en Judée et Samarie. Selon Gurlik, de nombreuses plantes sont utilisées de manière traditionnelle dans le traitement du diabète, mais peu d’entre-elles ont été développées et adaptées à la culture de manière efficace. Une de ces plantes sauvages est la « Ktela harifa », un petit buisson israelien dont on se sert de manière traditionnelle pour soigner ce problème.

Le potentiel thérapeutique de la « Ktela harifa » a déjà été prouvé dans des modèles multicellulaires et sur les animaux. Des études ont déjà démontré que les extraits de « Ktela harifa » augmentent l’intégration du glucose dans les cellules musculaires et graisseuses tout en faisant baisser le taux de sucre dans le sang. Afin de trouver la manière la plus efficace d’extraire de cette plante sa capacité thérapeutique, il en a été collectée plusieurs exemplaires à travers le pays et l’action antidiabétique a été contrôlée. Au cours de cette étude les chercheurs « stressent » la plante en imitant les conditions dans lesquelles elle pousse dans la nature, et ce afin de lui faire produire l’extrait de matière qui permettrait de soigner les diabétiques.

En faisant pousser des plantes thérapeutiques sauvages il y a toujours la crainte d’en voir diminuer les activités biologiques (dans le cas présent la capacité antidiabétique de la plante) obtenues dans des conditions naturelles. Afin d’éviter cela les chercheurs doivent imiter au mieux les conditions qui règnent dans la nature, celles qui préservent de manière élevée les actions biologiques et permettent a la plante de secréter sa matière médicinale. Les chercheurs se servent de catalyseurs naturels – d’origine vivante comme un insecte ou un champignon – et de catalyseurs abiotiques qui ne se trouvent pas dans la nature – d’origine non vivante comme la chaleur ou le manque d’eau. Cela entraîne une réaction au stress de la part des plantes.

La réaction au stress de la « Ktela harifa » devrait encourager son action biologique contre le diabète. La définition de conditions de culture « stressantes » aidera au développement a grande échelle de la « Ktela harifa » en tant que traitement du diabète dans le futur, mais aussi au développement d’autres plantes thérapeutiques qui ne poussaient jusqu’à la que de manière sauvage.

La conférence des études de Judée-Samarie est une conférence multidisciplinaire ou sont présentées des études dans différentes disciplines mais liées a la région de la Judée et de la Samarie, mais aussi de la vallée du Jourdain – elle est organisée par le secteur de recherche et développement de la Samarie et de la vallée du Jourdain.

Traduit de l’hébreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

PS : 285 millions de personnes étaient atteintes du diabète dans le monde en 2010, soit 6,6% de la population adulte mondiale – selon la Fédération Internationale du Diabète. Celle-ci qualifie le phénomène de véritable pandémie car la progression est considérable : ainsi, selon l’OMS, d’ici a 2030 il y aura 438 millions de diabétiques dans le monde.

4 millions de personnes sont mortes des suites du diabète en 2010, soit 6,8% de la mortalité mondiale. (http://www.afd.asso.fr/diabete/chiffres-monde).

Source : http://www.tel-avivre.com/2015/06/10/revolution-une-plante-israelienne-pour-soigner-le-diabete/    Publié le 10/06/2015

Un commentaire pour “Révolution : une plante israélienne pour soigner le diabète

  1. J’espère que ce sera le début de la victoire sur cette maladie, le diabète, qui fait tant de dégâts.Bonne chance pour toute l’équipe de recherche et je vous souhaite beaucoup de réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche