Publication du livre blanc « Diabète et travail »

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Gérard Raymond, Président de l’Association Française des Diabétiques (AFD), annonce la publication du « Livre Blanc Diabète et Travail » ayant pour objectif d’améliorer l’employabilité et le maintien dans l’emploi des personnes atteintes de diabète.

Diabète - enfants

Le Livre Blanc Diabète et Travail remis aux parlementaires fait le point sur les conséquences du diabète dans l’environnement professionnel. Il vise à faire évoluer les textes réglementaires rendus obsolètes par l’évolution des traitements, des métiers et de leurs conditions d’exercice.

Droit du travail, sécurité du malade et de l’entourage : une équation réaliste !

Le droit au travail est inscrit dans la Constitution et le fait d’être atteint d’une pathologie ne doit pas s’opposer à ce droit. La survenue d’une pathologie en cours de carrière ne doit pas non plus être une cassure, une fin rédhibitoire, dans la mesure où l’activité professionnelle ne met en jeu ni la sécurité du malade, ni celle de son environnement.

Sans méconnaître les contraintes réelles qui peuvent exister, c’est notre rôle de faire tomber les obstacles qui se dressent comme de véritables murailles devant les personnes atteintes de diabète dans le monde du travail : discrimination à la formation, à l’embauche, puis tout au long de la vie professionnelle, ces obstacles sont souvent le fruit d’une méconnaissance de la maladie, de sa gestion et des progrès thérapeutiques.

Nous voulons pointer du doigt une législation souvent obsolète et changer les idées reçues sur l’aptitude professionnelle des personnes atteintes de diabète. Le Livre Blanc que nous remettons aujourd’hui aux parlementaires fait le point sur les conséquences de la maladie dans l’environnement professionnel. Il a pour objectif d’améliorer l’employabilité et le maintien dans l’emploi des personnes atteintes de diabète.

Nous souhaitons avec ce Livre Blanc faire évoluer les textes réglementaires rendus obsolètes par l’évolution des traitements, des métiers et de leurs conditions d’exercice. Alors que notre pays vit des heures difficiles en matière de politique de l’emploi, n’ajoutons pas au chômage la discrimination pour cause de diabète.

Le diabète est une maladie chronique qui touche environ 3 millions de personnes en France.

Il apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou que l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. Le diabète se caractérise par une hyperglycémie, c’est-à-dire l’augmentation chronique du taux de sucre dans le sang. Une personne est dite diabétique si deux glycémies à jeun révèlent un taux supérieur à 1,26 g/l (le taux pour un non diabétique est aux alentours de 0,8 à 1g/l), ou si l’on détecte à n’importe quel moment de la journée une glycémie supérieure à 2 g/l. La glycémie est la concentration en glucose, ou « sucre », dans le sang.

Type 1, Type 2 : les particularités du diabète

Bien qu’ils aient des causes différentes, les 2 types de diabète sont caractérisés par une hyperglycémie chronique, c’est à dire une augmentation du taux de sucre dans le sang. Le diabète de type 1 : déficience en insuline : le diabète de type 1 est une maladie « auto-immune » : l’organisme ne reconnaît plus les cellules Bêta du pancréas qui fabriquent l’insuline et les détruit par erreur. Il représente à peine 10% des cas. Il débute chez l’enfant ou l’adulte jeune et se traduit par une déficience ou une absence de sécrétion d’insuline par le pancréas provoquant une augmentation du taux de sucre dans le sang.

Le diabète de type 2 : insulinorésistance. C’est la forme de diabète la plus fréquente. Elle touche 2,7 millions de personnes et 90% des diabétiques sont de type 2. Le pancréas fabrique toujours de l’insuline, mais insuffisamment : c’est l’insulinopénie. Puis il se caractérise par un état d’insulinorésistance, c’est-à-dire que l’organisme devient moins sensible à l’action de l’insuline qui perd donc de son efficacité et par une déficience progressive de la sécrétion d’insuline. Il survient généralement après 40 ans chez des personnes en bonne santé apparente.

On peut être diabétique sans le savoir : cette maladie, souvent asymptomatique, évolue de façon insidieuse et c’est trop souvent après l’apparition des premières complications que l’on diagnostique un cas de diabète. Véritable épidémie silencieuse, le diabète peut avoir des conséquences graves chez le patient.

Hyperglycémie / Hypoglycémie : les effets néfastes à combattre

Si le diabète est déséquilibré, les hyperglycémies répétées et prolongées peuvent générer, au fil du temps, de graves complications au niveau de certains organes (yeux, reins, nerfs, coeur, artères, organes sexuels…). Dans ces situations, le diabète peut devenir une source de handicap car il peut conduire à la cécité, des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux, des atteintes des pieds pouvant conduire à des amputations, une insuffisance rénale (voire dialyse ou greffe rénale)

Outre les mesures hygiéno-diététiques, les traitements sont de trois ordres : des antidiabétiques oraux ou injectables (spécifiques au diabète de type 2), les injections d’insuline discontinue (1 à 5 injections par jour), la pompe à insuline à injection continue.

L’hypoglycémie est un effet indésirable fréquent du traitement avec certains antidiabétiques oraux et surtout avec le traitement insulinique. Pour cette raison, de nombreuses activités et métiers sont déconseillés aux personnes traitées à l’insuline alors que les antidiabétiques oraux (ADO) peuvent aussi créer des hypoglycémies.

Les progrès médicaux et techniques rendent le diabétique apte à la plupart des emplois

L’organisation du travail a été profondément modifiée ces dernières décennies : communication, diminution de l’activité physique et meilleure législation entrainent une sécurisation dans le travail. Dans le même temps, les progrès thérapeutiques et techniques liés au diabète permettent d’adapter au mieux le traitement au mode de vie ou à la vie professionnelle.

Les progrès thérapeutiques : certains traitements ont des propriétés non hypo-glycémiantes avec un risque quasiment nul d’hypoglycémie. Ces progrès thérapeutiques sont très importants, en particulier, pour les patients exposés au risque d’hypoglycémie dans le cadre de postes de sécurité et plus généralement pour beaucoup d’emplois. De plus, les médicaments hypoglycémiants ont été considérablement améliorés, en particulier, l’insulinothérapie avec l’utilisation des analogues de l’insuline.

Les progrès techniques/ Forte évolution de l’autosurveillance : En 1980 le patient ne pouvait faire qu’une surveillance urinaire. L’hypoglycémie ne pouvait être constatée que lorsqu’elle se produisait. Actuellement, il est possible de surveiller sa glycémie grâce aux lecteurs de glycémie qui affichent en quelques secondes les glycémies capillaires.

Ils permettent ainsi de prévenir le risque de déséquilibre du diabète avec hyperglycémie d’une part et surtout le risque hypoglycémique, d’autre part. La pompe à insuline fournit des doses régulières en fonction des besoins. Implantable ou externe, son fonctionnement est simple et automatique. Elle facilite l’autonomie et permet une plus grande flexibilité dans la gestion de l’alimentation et des contraintes horaires.

Ces éléments doivent être pris en compte car ils ont été pendant longtemps la base des restrictions professionnelles pour les personnes atteintes de diabète. La personne diabétique est acteur de sa santé, notamment grâce au développement de l’éducation thérapeutique initié par les professionnels de santé et de l’accompagnement réalisé par les associations de patients. Ainsi, à l’heure actuelle, une personne diabétique peut mener une vie personnelle, sociale et professionnelle équilibrée.

Diabète et emploi

Dans le monde du travail, les trois principales contraintes (risque face à l’hypoglycémie, contraintes thérapeutiques liées aux horaires, le travail physique et sa grande variabilité) auxquelles l’employeur devait faire face devant un candidat diabétique sont aujourd’hui levées grâce aux avancées thérapeutiques et techniques ainsi qu’aux évolutions du travail et des technologies.

Ces progrès ont permis d’adapter au mieux le traitement au mode de vie des patients. Pourtant la réalité est tout autre : une personne souffrant d’une maladie chronique a 4 fois plus de risque d’être exclue du marché du travail et ce en dépit de l’article L.1132-1 du code du travail qui précise pourtant qu’aucun salarié ne peut subir de discrimination en raison de son état de santé : « Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement ou de l’accès au stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié, ne peut être sanctionné, licencié ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire directe ou indirecte […] en raison de son état de santé ou de son handicap ».

L’ignorance : principal frein à l’embauche d’un diabétique

La récession économique actuelle et l’explosion du taux de chômage ne contribuent pas à faire évoluer les mentalités. Par le passé, les contraintes liées aux traitements sous comprimés ou plus encore sous insuline ne favorisaient pas l’employabilité. Mais ces freins sont basés sur des contraintes qui sont de moins en moins d’actualité, du fait de l’évolution et des progrès des traitements actuels. Par ignorance, ces contraintes sont souvent mal acceptées par l’employeur et sont un frein à l’insertion sociale et professionnelle avec des conséquences graves.

L’action l’Association Française des Diabétiques en bref

Fondée en 1938, l’Association Française des Diabétiques, fédération de patients reconnue d’utilité publique regroupe 107 associations locales, réparties sur le territoire national. Forte de ses 130 000 membres, l’Association Française des Diabétiques (AFD) agit pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vie de toutes les personnes atteintes ou à risque de diabète.

«Pendant l’entretien d’embauche, dois-je informer mon employeur que je suis diabétique ? », « Puis-je intégrer cette école ? », « Mon employeur refuse ma mutation, suis-je victime de discrimination ? ». La nature même de ces questions est révélatrice d’un manque d’informations et l’une des principales missions du service social et juridique de l’Association Française des Diabétiques est d’y apporter une réponse.

Il est amené à proposer un service de protection juridique à deux niveaux d’intervention : au siège de l’association, une conseillère sociale et juridique, conseille, informe, oriente et propose le règlement de certains litiges de façon amiable. Elle traite plus d’un millier de réponses par an. Pour certains dossiers, une Commission juridique pluridisciplinaire peut être saisie, afin de déterminer si l’association prend en charge les frais d’avocat et d’un expert, le cas échéant. Lorsqu’une discrimination est manifeste, l’Association Française des Diabétiques peut s’engager dans des actions de soutien aux victimes.

Pour anticiper certaines situations dans la vie sociale et professionnelle, il est donc primordial d’être préalablement informé aux moments clés : à l’orientation professionnelle, à l’embauche, ou en cours de carrière si le diabète est découvert au cours de la vie professionnelle.

Auteur : Gérard Raymond, Président de l’AFD – Association Française des Diabétiques 

Source : http://topactus.comLivre Blanc sur le Diabète       Publié le 15/11/2012

2 comments on “Publication du livre blanc « Diabète et travail »

  1. Il est déjà bien ennuyeux d’avoir du diabète au travail, ce serait une faute encore plus grave que de passer trop de temps sur internet au travail pour étudier ce qui concerne sa maladie. il ne faut pas rajouter des difficultés graves à ses problèmes.

    • Bonjour Cathy, merci pour votre commentaire. C’est pour cela qu’il existe le blog infos-diabete.com. Cela éviter aux diabétiques de rester trop longtemps sur internet à chercher des informations sur leur maladie. Toutes les informations sont regroupées au même endroit. En peu de temps, on sait tout sur l’actualité du diabète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche