« Près d’un million de Français ont le diabète et l’ignorent »

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Trois millions de Français sont traités par médicament pour le diabète. Mais le nombre de diabétiques serait bien plus important. Un million de personnes souffriraient de diabète sans le savoir, estime le Pr Gérard Reach.

"Beaucoup de gens sont diabétiques et ne le savent pas"

A l’occasion de la Journée mondiale du diabète qui se tient le 14 novembre, la Fédération française des diabétiques (FFD) tire la sonnette d’alarme sur la montée inexorable de cette maladie souvent associée à l’obésité et au manque d’exercice physique. EUTERS/Muhammad Hamed

C’est une épidémie silencieuse. La Fédération française des diabétiques voudrait que le diabète devienne « grande cause nationale » à l’occasion, ce vendredi, de la journée mondiale du diabète.

En France, plus de trois millions de personnes sont traitées par médicament pour ce trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres. Un chiffre en constante évolution: le nombre des personnes traitées a progressé à un rythme annuel situé entre 2,5 et 5% depuis 2006.

On distingue principalement deux types de diabète: celui de type 1 qui touche 10% des diabétiques et celui de type 2 qui en touche 85%. C’est dans cette deuxième catégorie que l’on trouve un certain nombre de malades qui s’ignorent. Explications avec le professeur d’endocrinologie à l’hôpital Avicenne (Seine-Saint-Denis) Gérard Reach, auteur de Pourquoi se soigne-t-on? (Ed. Le bord de l’eau)

On parle de 3 millions de personnes traitées pour un diabète en France. Mais ce chiffre recouvre-t-il la totalité de la réalité?

Non. Beaucoup de gens sont diabétiques et ne le savent pas. Ces malades qui s’ignorent sont selon moi près d’un million en France. Car le diabète de type 2 est une maladie silencieuse qui se manifeste sans aucun symptôme. Quand les personnes concernées le découvrent, elles ont 40, 50 ans, et le diabète a souvent déjà fait des dégâts, notamment oculaires, sans que les patients ne s’en soient rendu compte (les premières atteintes de la rétine par le diabète ne modifient pas la vision, NDLR).

Il y a un autreproblème, c’est qu’à partir d’1,40 gramme, le diabète va s’auto-aggraver, car l’hyperglycémie chronique abîme les cellules qui produisent de l’insuline. Il faut donc intervenir vite pour éviter des dégâts sur les yeux et les reins mais aussi l’auto-accélération du diabète.

Comment expliquer qu’une partie de la population souffre du diabète sans le savoir?

C’est à partir de 1,8 g/l que le sucre en excès passe dans les urines et entraîne une envie plus fréquente d’uriner et une grande soif. C’est souvent grâce à ces symptômes que le diabète est découvert, au cours d’une analyse d’urine. Or, des complications peuvent intervenir dès 1,26 g/l (c’est justement la définition du diabète!) sans provoquer de symptômes. C’est donc entre ces deux seuils, lorsque l’on a une glycémie seulement un peu plus élevée, que le risque d’avoir du diabète sans le savoir se situe.

Quelle est la solution?

Comme c’est un mal silencieux, la seule solution est le dépistage systématique qui est très simple: il suffit de mesurer la glycémie à jeun. Mais tout le monde n’est pas concerné, il faut cibler les sujets à risques, ces personnes qui ont un pancréas trop faible qui n’est pas capable d’assurer en cas de besoin d’insuline.

Qui sont les sujets à risque dont vous parlez?

En premier lieu, ceux qui ont des antécédents familiaux de diabète. Ils doivent impérativement être surveillés vers 35-40 ans. Dès que leur glycémie passe au-dessus d’un gramme, il faut alors agir. Un autre groupe à risque concerne les femmes enceintes qui font un diabète gestationnel au troisième trimestre. Cela se soigne, mais il faut qu’elles continuent ensuite à faire attention, car cela révèle qu’elles sont à risque d’avoir un diabète plus tard.

D’ailleurs, un signe qui doit alerter, est de mettre au monde un « trop gros » bébé, de plus de 4 kilos. Dans ce cas, cela peut vouloir dire qu’elles ont diabétiques pendant leur grossesse sans le savoir. Enfin, sont concernés les sujets obèses et toute personne qui a un jour ou l’autre eu une glycémie un peu anormale.

Comment lutter contre?

Les méthodes de prévention efficaces pour lutter contre le diabète de type 2 sont simples: il faut rester mince et bouger. Il faut manger normalement en évitant les choses très sucrées ou très grasses. Mais c’est hélas rarement fait. Notamment parce que les choses sont présentées de manière négative: « Ne pas avoir de diabète. »

Et parce que la récompense est très lointaine. En fait, vous ne l’aurez jamais. On dira juste sur votre lit de mort: « Il n’était pas diabétique. » C’est beaucoup plus facile de manger quatre glaces au dessert au lieu d’une et de rester devant sa télé au lieu de marcher une demi-heure par jour.

* Auteur de Pourquoi se soigne-t-on? (Ed. Le bord de l’eau)

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/pres-d-un-million-de-francais-ont-le-diabete-et-l-ignorent_1621754.html   Publié le 14/11/2014

Recherche populaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche