Des participants assidus et réceptifs : 220 citoyens de Saint-Damien participent toujours au projet PURE

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

SAINT-DAMIEN. Depuis 2007, 220 citoyens de Saint-Damien participent à une importante recherche internationale visant à mieux connaître les facteurs à l’origine des maladies cardiaques et cardiovasculaires, du diabète ou de différentes formes de cancer.

Des participants assidus et réceptifs : 220 citoyens de Saint-Damien participent toujours au projet PURE

© TC Media – Serge Lamontagne Le docteur André Moisan, administrateur à la Coopérative de santé des Monts de Bellechasse, accompagné de Ginette Turbide et du docteur Gilles Dagenais du Projet PURE.

Ces Bellechassois sont inscrits au projet PURE (Prospection Urban Rural Epidimiology) qui, au Québec, est mené par l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, basé à l’Hôpital Laval, en collaboration avec le Centre Universitaire McMaster d’Hamilton, en Ontario.

Responsable du projet PURE pour la grande région de Québec, le docteur Gilles Dagenais souligne que cette étude est menée simultanément dans 17 pays et auprès de 154 000 volontaires, dont la moitié vient de la Chine et de l’Inde, deux pays qui à eux seuls hébergent près de la moitié de la population mondiale.

« Dans l’ensemble des pays en voie de développement, les gens meurent de moins en moins de maladies infectieuses. Toutefois, les maladies cardiaques et cardio-vasculaires prennent de l’ampleur, comme ce fut le cas au Québec dans les années 50 à 70 », signale M. Dagenais.

Ce dernier ajoute que les maladies cardiaques sont en baisse depuis quelques années dans les pays industrialisés, que les cas de cancer sont assez stables, mais qu’on note une augmentation sensible du nombre de cas d’accidents cérébraux vasculaires et de diabète, associés à l’obésité.

Au Canada, le projet est mené dans quatre grands pôles, soit Vancouver, Ottawa, Hamilton et Québec. Dans la région, 70 % des candidats vivent à Québec, les autres venant de trois communautés rurales, dont Saint-Damien.

Rencontres individuelles

L’équipe du docteur Dagenais était de passage dans les locaux de la Coopérative de santé des Monts de Bellechasse, tout récemment, afin de rencontrer un premier contingent de 100 participants inscrits à cette recherche. Ces rencontres individuelles se tenaient sur deux jours et une centaine d’autres seront rencontrés incessamment. Les autres effectueront leur suivi personnel du côté de Québec.

Le docteur Dagenais précise qu’il s’agissait d’une troisième série de rencontres individuelles avec ces volontaires qui, à chaque fois, doivent répondre à un questionnaire en plus de se soumettre à une série de tests et prises de sang. Ceux-ci ont été rencontrés lors de la première et de la troisième année, des suivis téléphoniques ayant été effectués lors des années 2, 4 et 5 de cette étude qui doit se dérouler sur 10 ans.

« Les gens apprécient le caractère préventif de cette étude. On s’intéresse à toutes sortes d’aspects de leur vie comme leur histoire familiale, leur milieu de vie et leur environnement de travail, ce qu’ils font au quotidien, les distances qu’ils parcourent, leurs revenus, etc. Ils savent que nous les informerons si les tests révélaient des anomalies quelconques », poursuit-il.

Membre du CA de la Coopérative de santé, le docteur André Moisan se réjouit du déroulement de cette étude qui, rappelle-t-il, s’inscrit directement dans la mission de la coopérative qui vise la prévention et la prise en charge de la santé des patients.

Études sur le sodium et la démence

Un certain nombre des volontaires inscrits au projet PURE participent, en parallèle, à deux sous-études portant sur la consommation de sodium, d’une part, ainsi que sur la prévention de la démence, autre que l’Alzheimer, d’autre part.

Ce deuxième volet, appelé PURE Mind, revêt un intérêt particulier du fait qu’il permettra aux spécialistes d’en apprendre davantage sur la démence vasculaire qui est causée par le blocage de petits vaisseaux vasculaires sur le front du patient.

« Bien des gens ont ce genre de blocage, mais ne s’en aperçoivent pas car ils ne causent aucun dommage apparent », indique le docteur Dagenais. Le chercheur ajoute que 15 % de la population peut développer ces petits blocages qui, à long terme, peuvent entraîner une paralysie asymptomatique et des problèmes de mémoire.

Source : http://www.lavoixdusud.com/Actualites/2014-07-09/article-3793337/Des-participants-assidus-et-receptifs/1    Publié le 09/07/2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche