« Le Val-d’Oise est l’un des départements français les plus touchés par le diabète »

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Le Dr Pierre Chédin, chef du service de diabétologie de l’hôpital Victor Dupouy d’Argenteuil analyse l’origine de l’obésité dans la commune et explique comment s’en prémunir.

Quel constatez en matière d’obésité lors de vos consultations ?

Pierre Chédin : Nous sommes dans un bassin touché par l’obésité.

Dans le cadre de notre service de chirurgie, nous recevons de plus en plus de monde. Il y a une véritable demande. Depuis le début de l’année, entre huit et dix personnes sont candidates chaque mois pour subir une opération de l’estomac. C’est un peu moins que dans les établissements privés…

Comment expliquez-vous cette situation ?

L’épidémie d’obésité dépend de plusieurs facteurs. Argenteuil est une ville qui n’est pas très riche. Le fait que l’obésité soit importante peut être lié à des habitudes alimentaires, à la sédentarité. C’est un bassin de vie où une partie de la population est plus défavorisée qu’ailleurs. Ce n’est pas la commune (NDLR : toutes tailles confondues) où l’on compte le plus d’obèses en France, mais c’est une population à risque. C’est donc une très bonne chose que des ateliers de prévention soient mis en place dans les centres municipaux de santé.

Quels sont les risques liés à l’obésité ?

Le surpoids provoque le développement de maladies comme l’hypertension, le diabète. Le Val-d’Oise est considéré, selon l’Assurance-maladie, comme l’un des départements les plus touchés par le diabète avec la Seine-Saint-Denis. En 2009, 5,1 % de personnes étaient atteintes par cette maladie, contre 4,1 % en moyenne en Ile-de-France. Et, parmi les villes les plus concernées dans le département, Argenteuil et Bezons arrivent en tête. C’est toujours le cas aujourd’hui. Une relation entre obésité et développement de cancers a également été établie. Il faut ajouter à cela les troubles psychologiques, comme le fait de ne pas réussir à s’insérer dans la société.

Quels conseils prodiguez-vous ?

La prévention est fondamentale. Et il faut mettre en place des éléments de restructuration. Par exemple, pour ceux qui ont une cuisine riche à base d’huile, il faut en mettre moins, privilégier les viandes maigres aux grasses, ne surtout pas grignoter entre les repas et faire du sport. Il est important de donner ces habitudes aux enfants, qui sont de plus en plus touchés par l’obésité. Il faut proscrire les boissons sucrées à table. En donnant des bons réflexes à l’enfant, il les reproduira plus tard.

Source : http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/le-val-d-oise-est-l-un-des-departements-francais-les-plus-touches-par-le-diabete-09-04-2015-4676411.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F    Publié le 09/04/2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche