La découverte d’un nouveau type de cellules de graisse ouvre la voie à des traitements contre l’obésité et le diabète

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Pourrait-on éliminer le surplus de graisse d’un humain à l’aide d’un simple médicament ? 

Malgré la pléthore d’annonces de produits amincissants servis régulièrement par les firmes pharmaceutiques et cosmétiques, une telle solution au problème de l’obésité restait jusqu’à présent un lointain idéal médical. Mais une récente découverte de biologistes de l’université de Californie à San Francisco rapproche cet idéal de la réalité.

Un surplus de cellules graisseuses blanches - ici en blanc - est responsable de l'obésité et du diabète (Ph. JM Gardner via Wikicommons CC 3.0)
Un surplus de cellules graisseuses blanches – ici en blanc – est responsable de l’obésité et du diabète (Ph. JM Gardner via Wikicommons CC 3.0)

L’équipe de chercheurs a en effet découvert, dans le « tissu adipeux » d’adultes, un type méconnu de cellule graisseuse (ou adipocyte) que le métabolisme utilise pour réguler la chaleur corporelle (thermorégulation) sans faire appel à l’effort musculaire ni au mécanisme de frissons – contractions et relâchements musculaires rapides produisant de la chaleur.

Transformer la mauvaise graisse en bonne graisse

Ces cellules graisseuses dites « grises », dont on supposait l’existence depuis quelques années, utilisent les gouttelettes de graisse emprisonnées dans leur membrane pour produire de la chaleur sans passer par l’activation musculaire – quand le corps est à sa température d’équilibre (environ 37 °C), le surplus de chaleur est évacué à l’extérieur.

Or, les chercheurs ont découvert que ces cellules grises particulières chez les adultes sont créées à partir des cellules graisseuses blanches – la « mauvaise graisse » – qui ne peuvent être « consommées » qu’au moyen de l’effort musculaire, via un processus mettant en jeu des hormones (insuline et glucagon) secrétées par le pancréas. Et c’est justement ces cellules blanches qui, en surplus, sont responsables de l’obésité et du diabète (dérèglement du cycle de l’insuline).

Les cellules de graisse grises ne provoquent pas de diabète

Les chercheurs annoncent avoir réussi à isoler des cellules grises dans la graisse des adultes, à les cultiver par clonage et à les caractériser génétiquement. Il leur est dès lors possible de tester l’actions de substances chimiques visant à favoriser leur production à partir de cellules blanches.

En bref, grâce à ces travaux, il serait possible de développer un médicament transformant une partie de la graisse blanche en graisse grise laquelle serait « consommée » pour produire de la chaleur corporelle (évacuée vers l’extérieur). Le tout sans déclencher les mécanismes hormonaux du pancréas ni solliciter les muscles…

Source : http://www.science-et-vie.com/2015/04/la-decouverte-dun-nouveau-type-de-cellules-de-graisse-ouvre-la-voie-a-des-traitements-contre-lobesite-et-le-diabete/   Publié le 07/04/2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche