Il sera bientôt possible de prévenir le diabète de type 1

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

En rendant le système immunitaire tolérant aux cellules productrices d’insuline au cours du développement embryonnaire, il serait possible d’éviter le développement du diabète de type 1, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Diabetes. Ces conclusions ont été obtenues en laboratoire sur des souris.

Il sera bientôt possible de prévenir le diabète de type 1

Le diabète correspond à une élévation prolongée de la concentration de glucose dans le sang.

Ce dérèglement peut avoir plusieurs origines. Dans le cas du diabète de type 1, il est dû à la destruction des cellules du pancréas spécialisées dans la production d’insuline.

« Cette destruction se déroule en plusieurs étapes, mais la toute première correspond à un défaut d’éducation des lymphocytes T pendant le développement embryonnaire» explique Roberto Mallone, chercheur à l’Institut français pour la santé et la recherche médicale (Insem) et co-auteur de l’étude.

Une expérience concluante chez les souris

Pour empêcher la maladie de survenir, les scientifiques ont utilisé la préproinsuline, qui est le premier antigène des cellules ß reconnu par le système immunitaire. Ils l’ont administrée à des rongeurs en gestation, allant donner naissance à des souris qui développeront plus tard un diabète.

« Nous avons couplé cette protéine à un fragment Fc d’anticorps, qui se fixe sur un récepteur du placenta. Cela permet à la préproinsuline de traverser la barrière placentaire et de passer chez l’embryon comme le font les anticorps maternels. Là, la protéine est transportée jusqu’au thymus de l’embryon et sa présence entraine l’élimination des lymphocytes T qui ne la tolèrent pas », décrit Roberto Mallone.

Une expérience extrêmement concluante car près de 80% des animaux nés n’ont finalement pas développé de diabète.

La prévention chez les enfants

« Il ne sera pas possible de tester cette protéine directement chez des nouveau-nés. Il faudra procéder par étape en évaluant d’abord son innocuité chez des patients diabétiques puis, dans un second temps, en prévention chez des sujets jeunes, en affinant au mieux la fenêtre thérapeutique efficace. En théorie il faudrait intervenir avant la destruction des premières cellules ß autour de l’âge de un an, mais peut être qu’une administration plus tardive sera également efficace. Tout cela reste à définir », conclut Roberto Mallone.

Une découverte d’importance car, le diabète de type 1 représente environ 10 % des cas de diabètes en France et dans le monde et la moitié des cas se déclare avant l’âge de 20 ans. Mais l’unité de surveillance de l’Inserm souligne que le nombre d’enfants atteints par cette maladie ne cesse d’augmenter, au rythme de 3 à 4 % par an. Et son apparition est de plus en plus précoce, avec une augmentation importante de la prévalence chez les enfants de moins de 5 ans.
Source : http://www.topsante.com/medecine/maladies-chroniques/diabete/soigner/il-sera-bientot-possible-de-prevenir-le-diabete-de-type-1-249845   Publié le 27/05/2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche