[Fait divers] Collège des médecins: Un Dr reconnaît son manque de suivi auprès d’un jeune patient diabétique

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Un médecin de famille de Montréal a reconnu avoir négligé le suivi d’un patient de 26 ans nouvellement diabétique, qui est décédé une semaine plus tard.

Dr Van-Dung Tran

Photo le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Le Dr Van-Dung Tran, un médecin de famille de Montréal, a plaidé coupable aux trois accusations du Collège des médecins (CMQ), ce matin.

Retrouvé sans vie

Son patient, dont on ne peut révéler l’identité, est probablement décédé le 16 mars 2012, selon le rapport du coroner.
Le jeune homme a été retrouvé sans vie dans son appartement par son père, qui était inquiet de ne pas avoir de nouvelles.

D’ailleurs, c’est le coroner Martin Clavet qui est à l’origine de l’enquête du Collège.
En fait, le patient a consulté le Dr Tran pour la première fois le 7 mars 2012 à la clinique médicale Beaubien. Il souffrait d’une perte de poids, d’une faiblesse aux jambes, et d’insomnie en raison d’envies nocturnes d’uriner.

Le Dr lui a fait subir un bilan sanguin, mais il a reconnu qu’il aurait dû suspecter un diabète.
Les résultats de laboratoire ont été par la suite envoyés à la clinique, le 12 mars 2012. Selon la plainte du CMQ, le résultat était «alarmant, évocateur d’un diabète».

«Manque de jugement»

Le CMQ reproche ainsi au Dr Tran de ne pas avoir référé le jeune homme après avoir obtenu les résultats, et a simplement coché «patient à revoir», «retardant ainsi la prise en charge de cette condition médicale sérieuse et urgente», lit-on dans la plainte.

À sa mort, le jeune homme pesait seulement 95 livres, et mesurait six pieds 1 pouce.
«Il n’a pas posé les questions qui s’imposaient face à des données révélatrices», a plaidé Me JoAnn Zaor, avocate du CMQ.
Elle a par ailleurs dénoncé ce «manque de jugement clinique».
«C’était à lui de prioriser le suivi de (tests) de laboratoires aussi préoccupants.»

Selon le coroner, le Dr Tran avait laissé un message sur le répondeur du patient pour un suivi le 19 mars 2012, soit trois jours après son décès.
Dans son témoignage écrit, le Dr Tran a reconnu avoir «sous-évalué l’urgence de la situation», et s’est dit «ébranlé» par le décès.
«J’aurais dû appeler le patient sur-le-champ, ou confier au personnel la tâche précise de le joindre le jour-même, question qu’il vienne me voir immédiatement ou encore qu’il se rende en urgence à son centre hospitalier.»

Pas sa faute

Par ailleurs, le Dr Tran a reconnu avoir entravé le travail du Collège, en essayant de rejeter le blâme du décès sur le dos d’autres employés de la clinique.
Médecin depuis 1979, le Dr Tran n’avait aucun antécédent disciplinaire. Les deux parties ont recommandé une radiation de cinq mois.

Source : http://www.journaldemontreal.com/2015/03/17/college-des-medecins-un-dr-reconnait-son-manque-de-suivi-aupres-dun-jeune-patient-diabetique  Publié le 17/03/2015

Recherche populaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche