Le diabète influence la santé cardiaque du nouveau-né

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Malformations cardiaques - DiabètePendant la grossesse, prendre en charge son diabète, préexistant ou gestationnel, se révèle crucial pour la bonne santé du fœtus et de la future maman. Récemment, des chercheurs américains ont montré qu’un niveau élevé de glucose dans le sang pendant la grossesse empêche les cellules cardiaques du futur bébé de se développer normalement.

Dans le monde, 8 nouveau-nés sur 1000 possèdent une malformation cardiaque congénitale. Même si les facteurs génétiques jouent un rôle prépondérant dans leur apparition, les facteurs environnementaux tiennent également une place importante. La principale cause non génétique à l’origine de malformations cardiaques chez le nouveau-né est notamment attribuée à un diabète maternel mal contrôlé.

Selon les études, les enfants nés de femmes avec des épisodes fréquents d’hyperglycémie pendant leur grossesse, sont deux à cinq fois plus susceptibles de développer des troubles de la fonction cardiaque comparativement aux bébés issus de mère n’ayant pas de problème avec leur glycémie.

Jusqu’ici, les chercheurs n’avaient pas réussi décrypter les mécanismes cellulaires expliquant ce lien entre la glycémie maternelle et la survenue de maladie cardiaque congénitale.

Pour mener leurs travaux, des chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles, ont exposé, in vitro, des cellules musculaires du cœur (cardiomyocytes) en développement à différentes concentrations de glucose.

Leurs observations ?

Les cardiomyocytes exposés à de petites quantités de glucose se sont développés normalement mais ceux mis dans des milieux de culture enrichis en glucose ont mûri tardivement ou de manière incomplète. Ces cellules cardiaques ont généré un grand nombre de cellules immatures.

Pour les chercheurs, une forte teneur en glucose active, chez les cardiomyocytes, la voie métabolique des pentoses phosphate qui génère des nucléotides, des éléments constitutifs de l’ADN.

Au lieu de se différencier en cellule mature, le cardiomyocyte continue à proliférer.

Grâce à cette découverte, il sera possible de cibler la voie des pentoses phosphate pour générer davantage de cellules cardiaques matures dans le cadre des thérapies de médecine régénérative.

Julie P., Journaliste scientifique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche