Diabète et Ramadan, un « duo » incompatible : 10% de diabétiques de plus chaque année

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Recommandations et préventions des gens de la santé et du ministère des Affaires religieuses.

Comment vivre avec son diabète pendant le mois de jeûne du mois hégirien Ramadhan?

Les diabétiques doivent-ils et peuvent-ils respecter le jeûne durant ce mois sacré qui aura lieu du 28 juin au 27 juillet 2014 en Algérie?

C’est à ces questions, pour le moins délicates pour les pratiquants fidèles, que d’éminents spécialistes et gens de la santé, épaulés par un représentant du ministère des Affaires religieuses, en la personne de Rabah Mrabtine, ont répondu clairement ou essayé de le faire.

En effet un Forum de discussions sur le «diabète et le Ramadhan» s’est tenu hier à Alger à la veille du lancement officiel d’une campagne de sensibilisation qui, en fait, a démarré le 4 mai courant au niveau de l’association Adwa. Celle-ci a enregistré un accroissement de 10% de diabétiques chaque année qui viennent grossir le nombre inquiétant du millier existant.

Il faut tout d’abord savoir, ont convenu les conférenciers, que les écrits du Saint Coran dispensent le diabétique d’observer le jeûne pendant le mois de Ramadhan. Ceci étant, nombreux sont les risques qui guettent l’imprudent jeûneur surtout chez les patients diabétiques de type 1 et 2, en particulier, et autres catégories, en général. Ces derniers doivent toutefois se surveiller et préparer cette période avec beaucoup de précautions.

Les conférenciers qui se sont succédé à la tribune ont, tour à tour, prodigué des conseils pratiques et recommandé diverses mesures de précaution à prendre, notamment celle «impérative» de suivre les conseils du médecin. Les experts médicaux, en l’occurrence les Pr. Zahia Arbouche, présidente de la Société algérienne de diabétologie, le Pr. Nacer Ouadahi du service de médecine interne à l’hôpital Mohamed Lamine-Debaghine (ex-Maillot), le Dr. Kheirreddine Osmane du groupe international Novo Nordisk Algérie, ont mis en exergue la nécessité d’effectuer un bilan médical annuel pour dépister le diabète.

Ils ont estimé que le nombre des malades est sans cesse croissant, notamment parmi les jeunes âgés entre 18 et 30 ans atteints du diabète de type 2, dont les symptômes n’apparaissent qu’après cinq à 10 ans.

Il est utile de citer le témoignage du président de l’Association des diabétiques d’Alger, Fayçal Ouhada. Parmi les recommandations énoncées figurent, notamment un autocontrôle glycémique suivi, un pesage régulier et une consommation très «mesurée» surtout pendant le «shour».

Il est fortement suggéré aux diabétiques de prendre du café ou du thé sans sucre, du couscous aux raisins secs et privilégier les féculents tout en buvant environ 1,5 litre d’eau pendant le dernier repas. Il a été également conseillé aux patients de cette pathologie de se méfier des produits «light» qui ont envahi le marché algérien.

L’assistance, à ce Forum d’une demi-journée, était composée de nombreux membres de l’Association Adwa et autres organismes similaires, de patients venus apporter leurs témoignages, de membres du corps médical et de journalistes spécialisés dans le domaine médical.

Source : http://www.lexpressiondz.com/actualite/195673-10-de-diabetiques-de-plus-chaque-annee.html    Publié le 29/05/2014

Recherche populaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche