Diabète – Lecteur de glycémie « je t’aime moi non plus »

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

En tant que diabétique nous faisons usage d’un lecteur de glycémie relativement souvent. Comment marchent-ils et sont-ils fiables ?

Un peu d’histoire

vieuxLecteur

Les premiers contrôles effectués étaient des contrôles de glycosurie qui recherchaient la présence de corps cétoniques dans les urines. Cette méthode ne permettait pas de découvrir des hyperglycémies prolongées et durables. C’est donc à partir de 1956 qu’apparaissent les premières bandelettes de contrôle glycémique : une goutte de sang était déposée pendant 60 secondes puis la bandelette changeait de couleur en fonction du taux de sucre dans le sang. Le résultat était connu en 1 minute mais dépendait fortement de l’interprétation du patient de la plage de couleur. La marque la plus connue était Dextrostix et c’est pour cela qu’aujourd’hui on dit toujours « Faire une dextro » pour contrôler sa glycémie.

Les premiers lecteurs de glycémie portables apparaissent en 1974 et pèsent prêt de 1 Kg. Il fallait plus de 2 minutes pour obtenir un résultat. Les avancées ont été permanentes jusqu’à aujourd’hui, que ce soit dans les lecteurs mais aussi dans les auto piqueurs qui les accompagnent. Aujourd’hui nous explorons de nouveaux sites de contrôle, et des mécanismes de contrôle en continu. Le buzz provoqué par le lecteur « Freestyle libre », qui utilise un un capteur qui se place sur le peau pour deux semaines, remplaçant les lancettes utilisées pour les prélèvements de sang au bout des doigts , montre que le marché du contrôle glycémique n’est pas prêt de s’arrêter tant les attentes des patients sont grandes.

Principe de fonctionnement

Principe de fonctionnement de l'enzyme Glucose oxydase

Sans trop rentrer dans les détails techniques, il existe deux méthodes de mesures, les deux utilisent une enzyme appelée « glucose oxydase » qui réagit avec le glucose :

  • La Photométrie (vieux lecteurs) : le glucose présent dans le sang est oxydé par l’enzyme présent sur la bandelette ce qui provoque la production d’électrons. Ces derniers agissent sur un composé colorimétrique que l’appareil mesure par réflectométrie.
  • L’électrochimie : Les lecteurs récents utilisent des électrodes qui mesurent directement des électrons produits par l’oxydation du glucose par l’enzyme et mesure le courant électrique produit par les électrons. La mesure des électrons étant directe, les lecteurs sont plus rapides.

Fiabilité

Elément influençant le résultat d'un contrôle glycémique

Un point important à signaler est que le contrôle que vous faites en laboratoire n’est pas le même que celui qu’effectue votre lecteur de glycémie. En effet les laboratoires analysent le glucose présent dans le plasma (la partie du sang ne contenant pas de globule rouge) qui à l’avantage d’être une mesure plus précise. Les appareils de glycémie contrôle la glycémie dans la totalité du sang ce qui explique les différences de l’ordre de 20% (en plus pour le laboratoire).

Il est important de noter que les appareils de glycémie ont une fluctuation de résultat tolérée de l’ordre de 20% entre deux mesures. Cet écart est particulièrement important  : Si vous êtes à 2 g/L votre lecteur peut donc afficher 1,6 ou 2,4. Ces fluctuations sont dues à beaucoup de paramètres dont :

  • la qualité de l’échantillon de sang (qui fluctue en permanence)
  • Les variations environnementales (altitude et température)
  • Les variations de fabrications : la qualité des bandelettes, y compris celles d’un même fabricant et même lot, provoquent des modifications.

Ainsi il est normal que vous n’ayez pas la même glycémie d’un contrôle à l’autre, y compris dans un laps de temps réduit. En effet, seule une mesure de la même goutte de sang dans un intervalle de temps de quelques secondes, avec le même lecteur devrait vous donner un résultat très proche.

Est ce que tout cela est fiable ?

Les lecteurs sont très contrôlés et les normes actuelles en vigueur les obligent à donner des résultats de qualité +/- 20% et un fonctionnement dans une plage de température entre 10°C et 40 °C. Même si ce dernier paramètre est loin d’être respecté (exemple: l’iBGStar demande une température de 21 degrés pour bien fonctionner), on se doit de considérer les lecteurs de glycémies comme fiables.

Enfin n’oubliez pas que la plupart des contrôles erronés sont dus au patient qui fausse lui-même son contrôle. N’oubliez pas de respecter les règles de contrôle de glycémie que nous avons exposés dans notre article Diabétiques – Idée reçue N°11 : je désinfecte mon doigt avant un contrôle glycémique

Conclusion

Les lecteurs de glycémie actuels sont fiables mais vous devez intégrer le fait qu’ils ont une fluctuation de résultat de l’ordre de 20%, ce qui est loin d’être négligeable. Vous n’aurez donc rarement un même résultat sur deux contrôles et encore moins si vous testez votre glycémie sur deux lecteurs différents. Les industriels continuent à travailler pour nous proposer des lecteurs plus fiables, des mesures en continu ou des sites de contrôles moins agressifs comme l’épaule. Nul doute que ces technologies vous encore évoluer dans les prochaines années.

Source : http://www.hubsante.com/diabete-lecteur-de-glycemie-je-taime-moi-plus    Publié le 12/12/2014

Recherche populaire :

Un commentaire pour “Diabète – Lecteur de glycémie « je t’aime moi non plus »

  1. bonjour,je veux juste savoir en quoi different ces glucometres,en matieres de fiabilite et merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche