Abaisser la glycémie pourrait prévenir les problèmes de mémoire (même sans diabète)

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Même chez les personnes qui ne font pas de diabète ou d’hyperglycémie, celles qui ont des niveaux plus élevés de sucre (glucose) dans le sang sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de mémoire, suggère une étude publiée dans la revue Neurology.

Agnes Flöel de l’hôpital de la Charité de Berlin et ses collègues ont mené cette étude avec 141 personnes âgées en moyenne de 63 ans qui n’avaient pas de diabète ou de pré-diabète (intolérance au glucose), ne prenaient pas plus que 3.5 consommations d’alcool par jour et n’avaient pas de déficience cognitive (pensée et mémoire).

Les participants qui avaient les niveaux de sucre les moins élevés étaient plus susceptibles d’avoir de meilleurs scores à un test où ils devaient se rappeler d’une liste de 15 mots après 30 minutes. Par exemple, une augmentation d’environ 7 mmol/mol de HbA1c, un marqueur à long terme de la glycémie, était liée à un rappel de 2 mots de moins en moyenne.

L’analyse d’images cérébrales par résonance magnétique montrait aussi que le volume de l’hippocampe, une région impliquée dans la mémoire, était plus petit.

Ces résultats suggèrent que, même pour les personnes qui se situent dans la fourchette normale de glycémie, réduire leurs niveaux de sucre dans le sang pourrait être une stratégie prometteuse pour prévenir les problèmes de mémoire et le déclin cognitif à mesure qu’ils vieillissent, conclut le chercheur.

Des stratégies telles que la réduction des apports en calorie et l’augmentation de l’activité physique pour l’amélioration de la mémoire doivent être testées, ajoute-t-il.

Source : http://www.psychomedia.qc.ca/memoire/2013-12-09/glycemie-prevention     Publié le 09/12/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche