10e journée de formation médicale continue sur le diabète : Plaidoyer pour l’auto surveillance glycémique

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

L’association des diabétiques d’Akbou a organisé, dans la journée de samedi dernier, au complexe Les Hammadites de la ville de Tichy, sous l’égide de la Société Algérienne de Diabétologie, la 10e journée de formation médicale continue au profit des médecins de la wilaya. Placé sous le slogan « Protégeons notre futur », ce rendez-vous scientifique a été marqué par une série de communications développées par d’éminents spécialistes, autour de la thématique du diabète, ses multiples aspects et ses divers retentissements.

La première communication a été donnée par le Dr Aouiche, maître assistant au CHU Mustapha Pacha. Dans un exposé intitulé « Diabète et Ramadhan : Risques et recommandations », le conférencier a disserté sur la physiopathologie durant le jeûne et l’aspect physiologique chez le sujet diabétique.

« Le processus passe par trois phases, une phase de perturbation du cycle insuline-glucagon, une phase d’adaptation et une phase d’équilibre », dira-t-il, en alertant sur les risques encourus, comme l’hyperglycémie, l’hypoglycémie et la déshydratation.

L’orateur a émis des recommandations pour une meilleure gestion du diabète et mis en exergue les contre indications par rapport au jeûne, parmi lesquelles l’hypoglycémie asymptomatique et les comorbidités sévères. Il s’est aussi attardé sur le rôle de l’information et l’importance de l’auto-surveillance glycémique pour limiter les risques de complications.

Prenant le relais, le Dr Behidj, maître assistant d’Alger, a soutenu une communication sous le titre « Diabète et Ramadhan : Quelles adaptations thérapeutiques ? ». « Le Ramadhan est une occasion en or pour éduquer le patient à la gestion de son diabète », a-t-il martelé, après avoir rappelé les principes cardinaux dont doit faire sienne le patient jeûneur et les situations qui imposent une rupture immédiate du jeûne. Prenant appui sur un cas clinique, le Dr Behidj a notamment mis en exergue les critères du diagnostic, les facteurs de risques et la conduite à tenir pour cohabiter avec le diabète.

La dernière conférence, animée par le Dr Aouiche, a porté sur « le diabète du sujet âgé ». Le conférencier a décliné les données épidémiologiques, la prévalence du diabète chez cette catégorie de la population et les risques liés au vieillissement. Il s’est aussi appesanti sur le sacro-saint principe de l’équilibre glycémique et les objectifs glycémiques chez le patient âgé. L’orateur a également expliqué les modalités de prévention, le dépistage des complications du diabète, ainsi que le rôle de l’éducation, autant chez le malade que chez son entourage. « En définitive, cette maladie multifactorielle est un véritable problème de santé publique qui nécessite une prise en charge pluridisciplinaire », conclura l’orateur.

Source : http://www.depechedekabylie.com/national/139305-plaidoyer-pour-lauto-surveillance-glycemique.html    Publié le 09/06/2014

Recherche populaire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche