banniere

Diabète 1 : un « pancréas artificiel » testé dans un camp de vacances

Bannière le grand livre du diabète

Pensez à laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Petah Tikva, Israël - Comme l’expliquait le Pr Eric Renard à Medscape à l’EASD 2012, réduire les hypoglycémies nocturnes des diabétiques de type 1 est un objectif majeur de pompes à insulines intelligentes ou pancréas artificiel. Dans une étude publiée dans le New England Journal of Medicine(malgré son faible effectif), les résultats sont au rendez-vous chez des enfants équipés de telles pompes dans un camp de vacances [1].

 Diabète 1 : un « pancréas artificiel » testé dans un camp de vacances

Le système MD Logic 

Il s’agit d’une évaluation du système MD Logic®, développé par le Schneider Children’s Medical Center (Israël). Ce système, qualifié de « pancréas artificiel », consiste en une pompe à insuline asservie à un capteur de glycémie. La sophistication du système tient aux programmes de couplage, qui reposent sur les principes de l’intelligence artificielle, laquelle doit permettre à la fois d’optimiser le débit de la pompe en temps réel, et de ne donner l’alarme qu’à bon escient, si l’hypoglycémie prévisible ne peut être évitée par simple suspension de la délivrance d’insuline par la pompe.

Pour le moment, ce ne sont pas encore les performances à long terme de cette intelligence artificielle qui ont été évaluées, mais la sécurité et l’efficacité du matériel dans un contexte intermédiaire qui est celui d’un camp de jeunes diabétiques.

Comme l’expliquent les auteurs, le dispositif a déjà été testé dans un cadre hospitalier, avec des résultats montrant que « de tels systèmes peuvent améliorer le contrôle glycémique et réduire le risque d’hypoglycémie nocturne chez les enfants, les adolescents et les adultes » [2,3]. Avant d’aborder la véritable destination, qui est le domicile, le contexte d’un camp, où les jeunes patients disposent d’une certaine autonomie de vie, mais sous supervision médicale, a paru une étape pertinente.

Une réduction de fréquence et de durée des hypoglycémies nocturnes

Le dispositif a donc été évalué chez 56 jeunes au total, dans trois camps d’une durée de trois jours, organisés en Israël, en Slovénie et en Allemagne. Ces patients étaient âgés de 10 à 18 ans (âge moyen : 13,8 ans), et présentaient un diabète de type 1 depuis un an au moins.

Le comparateur était une pompe à insuline classique (Paradigm Veo®, Medtronic), doublée d’un capteur (Enlite® Sensor, Medtronic). La comparaison a été effectuée selon une méthodologie en cross-over, les jeunes patients étant randomisés pour évaluer l’un puis l’autre dispositif, dans un ordre ou dans l’autre, lors de deux nuits consécutives (23h-7h). On note enfin que le travail a été mené par un consortium de recherche spécifique : le Diabetes Wireless Artificial Pancreas Consortium(DREAM).

Les critères primaires étaient le nombre d’épisodes hypoglycémiques d’au moins dix minutes [< 63 mg/dL (3,5 mmol/L), le temps cumulé passé avec une glycémie < 60 mg/dL (3,3 mmol/L)], et enfin, la glycémie nocturne moyenne.

Deux patients ont été exclus de l’analyse, l’un en raison d’un dysfonctionnement du capteur, l’autre pour avoir abandonné l’étude. L’analyse porte donc sur 54 patients.

Bannière Oasis 2

Elle montre que le pancréas artificiel réduit le nombre d’hypoglycémies nocturnes (7 vs. 22 ; p=0,003), ainsi que la durée passée sous le seuil des 60 mg/dL (p=0,02).

En revanche, la médiane de glycémie nocturne ne diffère pas significativement selon le dispositif (126,4 mg/dL avec le pancréas artificiel vs. 140,4 mg/dL avec la pompe classique).

On note que l’ordre dans lequel étaient évalués les deux dispositifs n’influe pas sur les résultats.

Par ailleurs, sur un éventail de critères secondaires, le pancréas artificiel semble également faire mieux que la pompe classique en matière de contrôle et de variabilité glycémique.

Enfin, aucun effet secondaire particulier n’a été relevé.

Une démarche d’évaluation prudente

Les auteurs concluent que « dans cette étude à court terme, en cross-over, menée dans un camp de jeunes diabétiques, l’utilisation d’un système de pancréas artificiel s’est soldée par moins d’hypoglycémies, et un contrôle plus fin des niveaux de glucose nocturnes ».

La limitation du travail tient naturellement à la durée d’étude extrêmement courte, une nuit. Cette limitation voulue, avant d’envisager une évaluation « vraiment dans la vraie vie », reflète cependant une prudence qui mérite d’être saluée.

L’étude a été menée avec un soutien de Sanofi. Medtronic Diabetes a fourni des logiciels d’interface avec le système Paradigm Véo®. Des ordinateurs portables ont été donnés par Intel Israël, Dell Israël, et Yael Software and Systems.

RÉFÉRENCES

  1. Phillip M, Battelino T, Atlas E et coll. Nocturnal Glucose Control with an Artificial Pancreas at a Diabetes Camp.N Engl J Med 2013;368:824-33.
  2. Hovorka R, Allen J, Elleri D, et coll. Manual closed-loop insulin delivery in children and adolescents with type 1 diabetes : a phase 2 randomised crossover trial. Lancet 2010;375:743-51.
  3. Hovorka R, Kumareswaran K, Harris J, et coll. Overnight closed loop insulin delivery (artificial pancreas) in adults with type 1 diabetes: crossover randomized controlled studies. BMJ 2011;342:d1855.

Source : http://www.medscape.fr/diabete/articles/1516923   Publié le 11/03/2013

Bannière Le Diabète Plus Jamais

One comment on “Diabète 1 : un « pancréas artificiel » testé dans un camp de vacances

  1. Pingback: Diabète 1 : un « pancréas artificiel » testé dans un camp de vacances | ADC | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Cochez cette cases pour choisir votre article

Ce blog est dofollow ! Boosté par WP-Avalanche